édito

MABANCKOU alain-atlantide-nantes

Dix bougies pour une complicité des imaginaires

Notre bel Atlandide, Les Mots du Monde à Nantes fête ses dix ans. Pour un rendez-vous culturel, cela signifie qu’un esprit s’est consolidé, que le public, qui s’agrandit année après année nous accorde sa confiance, que des équipes soudées se dévouent dans l’ombre, mais aussi que les autrices et les auteurs nous font également confiance, tressant sans réserve les lauriers de notre manifestation à travers les cinq continents.

La ville de Nantes, que nous avions déjà surnommée « capitale française de l’enthousiasme culturel et de l’imaginaire-monde », sera une fois de plus le lieu de la complicité des imaginaires de ces hommes et de ces femmes de lettres qui nous rappelleront combien, quelles que soient les distances qui nous séparent, il est urgent de convoquer la conjonction et la proximité.

Comment les colonies ont-elles organisé leur propagande ? Que se passe-t-il aujourd’hui à l’est de l’Europe ? Pouvons-nous encore parler de carte, de territoire devant la mémoire et l’Histoire qui nous lient ? En ces temps de turbulences, comment dessiner ou raconter le monde afin d’ouvrir de nouvelles pistes pour la création ? Où en sont les migrations dans les fictions ? Le poème est-il notre dernière patrie ? Percevons-nous les secousses américaines de la même manière depuis Paris et depuis les États-Unis ou l’Amérique latine ? L’enfance garde-t-elle cet émerveillement éternel aux yeux des créatrices et des créateurs ? Que sont devenus les genres comme la poésie, la fiction, la littérature jeunesse et l’illustration qui, en s’appariant à la fiction nous ouvre les portes du roman graphique ?

D’autres thématiques sont à découvrir durant le festival. En ouvrant cette dixième édition avec une « leçon inaugurale » prononcée par Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du prix Goncourt 2021, nous proclamons le pouvoir de la littérature et poursuivons la longue tradition des « leçons inaugurales » d’Atlantide, qui fut portée notamment par Dany Laferrière ou Leïla Slimani, et qui renforce la singularité de notre manifestation.

Notre feuille de route s’adapte continuellement aux formes expérimentales de la création pour le bonheur d’un public qui découvre en accès libre et gratuit les voix les plus originales, connues ou à découvrir, les plus exigeantes et les plus importantes du temps présent. Plus de cinquante de ces voix sont présentes pour ce dixième anniversaire, et nous les remercions de nous donner des nouvelles du monde en ces temps où nous en avons tant besoin !

Alain Mabanckou
Directeur artistique du festiva
l