© Isabelle Dohin

La tradition de l’oralité coule dans les veines du poète Souleymane Diamanka. Bordelais d’origine peul, il joue avec les mots et jongle entre les langues. En 2007, ses textes poétiques et métaphoriques font la richesse de son premier album L’Hiver Peul. Après J’écris en français dans une langue étrangère et Écrire à voix haute en co-écriture, Habitant de nulle part, originaire de partout est son troisième ouvrage. Sa poésie prêche l’oralité et, en cela, il est resté proche de la Parole des ancêtres de sa lignée peule : « J’ai été bercé par les vocalises silencieuses de mes ancêtres », rappelle-t-il, se souvenant aussitôt de la formule de sagesse que lui soufflait son propre père : « Si quelqu’un te parle avec des flammes, réponds-lui avec de l’eau. »

JEUDI 17 JUIN
Modération : M. Betton
VENDREDI 18 JUIN
VENDREDI 18 JUIN
SAMEDI 19 JUIN
Modération : D. von Siebenthal
SAMEDI 19 JUIN
DIMANCHE 20 JUIN
Modération : J. Savigneau