Comme les précédentes, la 8e édition de notre Festival des littératures rassemble des voix du monde entier à Nantes, la capitale française de l’optimisme culturel et du pouvoir de l’imaginaire.

Ces voix interrogent notre humanisme, nous ouvrent les portes de nouvelles formes du langage si chères à Abd Al Malik et Emmanuelle Pireyre, mais aussi à toutes celles et tous ceux qui, comme vous, sont à l’écoute de la rumeur du monde.

Chez François-Henri Désérable et Rupert Thomson, l’Histoire navigue entre fiction et réalité. Pascal Blanchard, François Durpaire et Robyn Maynard évoquent sans complexes la race, la sexualité et les « corps colonisés ». Leïla Slimani, qui nous donne cette année une Leçon inaugurale, Emma Becker ou Uzodinma Iweala promeuvent la liberté de l’esprit et… du corps. Mia Couto fait le bilan de la colonisation portugaise en Afrique, Sylvain Coher raconte l’un des plus grands marathoniens éthiopiens, quand Nétonon Noël Ndjékéry explore le difficile « retour » au pays natal.

Le roman est cependant plus que jamais social et miroir de l’actualité : Eiríkur Örn Norđdahl, Abdellah Taïa et Marie Darrieussecq brassent le féminisme, les extrémismes, le terrorisme et fustigent les politiques européennes de la migration. L’Amérique fascine encore les créateurs puisque Benoit Cohen, Pia Petersen ou Joe Meno nous exposent de façon saisissante la complexité de la société américaine.

Avec Dora Djann, Jennifer Nansubuga Makumbi, Kaouther Adimi, Hubert Haddad, Omar Youssef Souleimane, Abdourahman A. Waberi, Hoda Barakat et Arnaud de La Grange, nous allons à Istanbul, en Chine, en Ouganda, en Algérie, en Arabie Saoudite, à Djibouti, au Liban et à Diên Biên Phu.

Retrouvons-nous aussi au Laos, à Porto Rico, avec Loo Hui Phang, Mayra Santos-Febres, deux femmes portées par la puissance des mots, de la parole et des imaginaires. Cette parole présente chez Hélène Frappat. Ces mots chantés par Walis Nokan. Ces imaginaires que nous devons à Didier Daeninckx, Bérengère Cournut, Frédéric Jaccaud ou Hélène Montardre….

Atlantide veille aux « voix à venir » : celles, par exemple, de Maïko Kato, Guillaume Lavenant, Guillaume Sørensen, Éléonore Pourriat, Aroa Moreno Durán ou Catherine Blondeau.

À traits conscients, le roman graphique éclaire lui aussi l’état du monde et interroge l’âme humaine avec les regards précieux de Fred Blanchard, Jean-Pierre Pécau, Benjamin Bachelier ou Frederik Peeters.

Enfin, Atlantide s’ouvrent toujours plus aux jeunes lecteurs avec la présence de figures connues ou émergeantes de la littérature jeunesse parmi lesquelles Jo Hoestlandt, Gabriel Kinsa, Marie Leymarie, Yuna Troël, Charlotte des Ligneris ou Bernard Friot… puisque les enfants sont les vrais acteurs de toutes les rumeurs du monde à venir.

Bon festival !

Alain Mabanckou
Directeur artistique