Samedi 7 mars / Le lieu unique / Grand atelier / 16h

CONVERSATION – Modération : D. von Siebenthal, voyageur littéraire

L’univers à la fois poétique et tragique dans Le dernier fleuve d’Hélène Frappat pourrait faire écho aux micro-fictions de Walis Nokan dans Les Sentiers des rêves. Les auteurs ont en commun le sens de l’observation de la nature et, au-delà, un regard d’émerveillement sur les instants les plus brefs et les phénomènes les plus surprenants.


Hélène Frappat
Walis Nokan