Samedi 7 mars / Le lieu unique / Atelier 1 / 13h

CONVERSATION – Modération : F. Bouchy, journaliste littéraire

Dans Vaincre à Rome, Sylvain Coher rythme la victoire d’Abebe Bikila, revanche de tout un peuple contre l’histoire. Souad Labbize, dans Je franchis les barbelés, chante la liberté quand Le Roman noir de l’Histoire de Didier Daeninckx rend justice à ceux dont les manuels n’ont pas retenu les noms. Ces trois plumes illustrent combien l’intime se greffe toujours au collectif.


Didier Daeninckx
Souad Labbize
Sylvain Coher